Le Cuberdon café-théâtre

Aurélie Lannoy

Il y a des gens comme ça qui ont le don de réunir un tas de qualités sans même que cela nous énerve. Aurélie Lannoy, par exemple. Jeune, jolie, metteur en scène, comédienne fraîchement diplômée, et fonceuse en plus : à 27 ans, elle décide d’ouvrir son café-théâtre au boulevard Lemonnier, en plein cœur de Bruxelles, toute seule comme une grande. Autopsie du projet Cuberdon avec son maître d’œuvre.

Aurélie LannoyAurélie Lannoy, pourquoi un café-théâtre, et pourquoi maintenant ?

Je fais du théâtre depuis l’âge de six ans ; au sortir de mes études secondaires, j’ai d’abord complété un régendat littéraire, avant d’entrer au conservatoire. J’en suis sortie cette année, mais ce projet, je le muris depuis cinq ans. En effet, le théâtre m’a beaucoup apporté dans la vie, et je voulais en quelque sorte lui rendre la pareille. Pendant ma dernière année de conservatoire, je suis tombée sur ce lieu. Le coup de foudre ! Pourquoi maintenant ? Parce que je sentais que c’était maintenant qu’il fallait le faire, j’ai eu l’énergie, l’occasion et la motivation.

Ça ne fait pas peur ?

Si, évidemment ! (rires) Mais je pense que ça fait toujours peur de se lancer dans un projet auquel on tient, peu importe l’âge, alors autant foncer...

Vous avez reçu de l’aide ?

Je suis la fondatrice de ce projet, officiellement j’y travaille seule, mais j’ai eu la chance d’être bien entourée et d’avoir un cercle de proches et de relations toujours prêts à me soutenir ou à donner un coup de main. Pour ce qui est d’aides « officielles » de la Ville ou de l’Etat, je n’ai rien reçu vu qu’il faut attendre un an d’activité pour pouvoir prétendre à des subventions. Je me suis donc débrouillée seule, en trouvant des investisseurs et des sponsors.

Quid de votre carrière de comédienne ?

En fait, je suis avant tout metteur en scène, et c’est dans ce but que je suis entrée au conservatoire : je voulais connaître la condition de comédien pour être capable de les diriger. J’aime finalement autant jouer qu’écrire, mais mon objectif premier est l’écriture, d’ailleurs trois de mes pièces figurent dans la programmation.

Justement, la programmation, quelle sera-t-elle ?

Très variée et pluridisciplinaire. Nous allons accueillir une soixantaine de projets au total : 25 pièces de théâtre, dont 11 créations, et une quinzaine de concerts sont déjà prévus. Pour ce qui est du théâtre, j’avais envie de privilégier les jeunes créations, de miser sur l’originalité et la prise de risque pour laisser aux jeunes metteurs en scène la chance de montrer leur travail, ce que les scènes plus confirmées hésitent parfois à faire. Outre le théâtre et la musique, tous les mois, nous offrirons les murs du Cuberdon à un artiste, peintre ou sculpteur, pour qu’il puisse y exposer ses œuvres, ce qui fera l’objet d’un vernissage. Il y aura également de l’impro, deux lundis par mois, des podiums poétiques faisant la part belle au auteurs contemporains belges, des cours de théâtre, et des cafés philos, une tradition qui se perpétue encore à Bruxelles, mais souvent dans des lieux confidentiels. J’ai envie de remettre ça sur la place publique.

Un café-théâtre...Un de plus à Bruxelles ?

Ce n’est pas l’avis général. La majeure part des réactions sont très positives et encourageantes, on me dit souvent que c’est une bonne idée car il n’y a pas assez de cafés-théâtres à Bruxelles. Je n’ai d’ailleurs pas l’intention de me poser en rivale par rapport aux autres scènes déjà existantes. Je pense qu’il y a de la place pour tout le monde et que nous pouvons coexister et même nous serrer les coudes, vu que chacun a son style et son esprit.

D’où vient ce nom, « Le cuberdon » ? Le Cuberdon

Je cherchais un nom facile à retenir et à orthographier, un nom ni trop littéraire ni trop catégorique, au vu de ce que je veux développer ici. Avant travaux, l’espace n’était qu’un gigantesque cube, j’ai donc commencé par chercher quelque chose se rapportant à « cube », puis j’ai pensé à la déco, qui sera rouge framboise...Et voilà, Cuberdon. Et en plus, ce sont les bonbons préférés de ma maman, alors pourquoi pas ! (rires)

Un mot sur l’ouverture ?

Ca se passera les 29, 30 et 31 octobre. Il y a trois concerts de prévus le premier soir, ainsi qu’une présentation de la programmation. Il y aura aussi des pièces et de l’improvisation, et le 31, Halloween oblige, il y aura une soirée de circonstance avec pour thème « L’oeuvre au noir ».

Pourquoi faut-il venir ?

Pour donner une chance au Cuberdon !

Cindya Izzarelli www.capitaleminuscule.com

Le Cuberdon, Boulevard Lemonnier n°99 à 1000 Bruxelles

Week-end d’ouverture : du vendredi 29 au dimanche 31 octobre 2010


 

Me connecter

Pas encore membre ?
INSCRIVEZ-VOUS


Recherche rapide


Plus de critères »

A découvrir

SQL: SELECT * FROM t_banners WHERE circuit = 'home' AND emplacement = '1'ORDER BY position
SQL: SELECT * FROM t_banners WHERE circuit = 'home' AND emplacement = '2'ORDER BY position

Newsletter

Pour être tenu au courant de nos activités, laissez-nous votre email !