L’école du conte

L’école du conte

rue du Rouge-Cloître 7D, 1160 Bruxelles

infos/réservations

Tel : 02 736 69 50

e-mail : maisonducontebxl@skynet.be

Présentation

L’École du Conte regroupe toutes les formations dispensées au sein de la Maison du Conte de Bruxelles, soit :

* un atelier d’initiation accessible à tous

* des stages courts

* deux formations longues : conteurs-acteurs et conteurs-animateurs

* des formations destinées aux professionnels

Les formations longues de l’École du Conte sont les seules, tant en Belgique qu’en France, à proposer un cursus complet spécifique au métier de conteur et à l’art du conte.

Essentiellement basée sur la pratique, la pédagogie développée au sein de l’École du Conte met en place les rapports entre écriture et oralité, en explorant la particularité de la langue parlée et les différences fondamentales qui la séparent de l’écriture. Elle aborde les liens entre la narration du conteur et le jeu de l’acteur, entre le corps dans l’espace, la voix et l’histoire. Elle envisage les distinctions entre scène et relation de proximité, entre spectacle solo et travail de groupe, entre création et expression populaire, entre textes anciens et textes contemporains.

Formation

DESCRIPTION DES FORMATIONS

ORALITE DU CONTE I :

Lors de ces quatre journées d’initiation, nous aborderons l’art de conter dans l’esprit du conte populaire traditionnel. Nous explorerons au travers d’exemples concrets dans une dimension ludique où chacun est acteur, les différentes facettes de la prestation du conteur : la différence entre l’oralité et l’écriture, le passage de l’écrit à l’oral, la relation contée, le mise du récit en images, la différence entre la narration et le dialogue.

CONTES EN PRATIQUE I :

Ces ateliers prolongent l’atelier préparatoire « Oralité du conte I ». Ils s’adressent a quiconque a suivi cet atelier et a le projet de poursuivre sa formation soit dans le cadre des ateliers préparatoires uniquement soit dans le cadre de la formation « conteurs-acteurs » ou « conteurs-animateurs ».

Les histoires présentées ne dépassent pas 15 minutes. Les participants assistent à toutes les présentations et tirent ainsi bénéfice des retours faits aux autres.

TECHNIQUES DU CONTEUR :

Ces quatre journées seront consacrées à la mise en espace scénique du conte et du conteur : construction de la prestation selon l’alternance récit et jeu (narration et dialogues) et esquisses des personnages. Travail essentiellement basé sur les confrontations entre le fond et la forme (respect du fond et invention de nouvelles formes)

TRAINING DU CONTEUR-ACTEUR :

- entretenir et développer les acquis

- établir le lien entre respiration et émotion, impulsion et voix afin de servir au mieux le sens de l’histoire

- explorer les extrêmes

- créations sonores verbales et chantées, en solo ou en groupe en liaison avec le mouvement et l’espace

TRAVAIL DU PERSONNAGE :

Lorsqu’on parle du personnage de théâtre, on dit parfois « entrer dans la peau du personnage » ; « jouer un rôle », s’atteler à « une composition du personnage »,…

Qu’en est-il du travail du conteur qui décide de « jouer » les personnages ?

Comment faire exister les archétypes qui peuplent nos histoires traditionnels ?

Comment donner vie par la seule suggestion ? Car tout est là, l’art du conteur est art d’économie et de « suggestion » plutôt que de « composition ».

L’objet de l’atelier est de cerner ces différences et de donner des outils pour que chacun puisse trouver un juste équilibre entre le récit et le jeu.

VOIX :

« Le langage est fait pour communiquer, pas pour se distinguer »Michel Onfray. L’émission vocale est un phénomène naturel, le tout premier même de notre existence ; mais il est par la suite souvent entravé ou détourné. Dans une démarche de formation artistique mesurer la voix à l’aune du quotidien ne suffit pas. Retrouver et développer sa plénitude est affaire de travail technique mais aussi d’écoute, d’ouverture, d’énergie.

Au stade de la première année :

- détente, prise de conscience et disponibilité du corps

- assise de la respiration dans le corps

- exploration des possibilités vocales en termes de tessiture, volume, timbre.

RYTHME & PAROLES :

La parole est musique dont Le rythme est une donnée essentielle dans l’art de raconter les histoires. L’atelier tentera d’explorer le plaisir des rythmes à l’intérieur d’une histoire et de comment ce rythme influence le sens de ce qui est dit.

CONTES ET INTERCULTURALITE :

I. Introduction autour des notions de circulation/tradition/transmission, avec un rappel historique sur les rapports entre traditions populaires et cultures savantes via les contes de Perrault, l’œuvre des frères Grimm et les pratiques de collectage.

Emergence, définitions et mises en perspective de la littérature orale à la croisée des disciplines.

II – Variabilité du conte de tradition orale : Ateliers de comparaison de versions.

Eléments de synthèse sur les méthodes et les outils d’analyse (Aarne et Thompson / Propp et Greimas / Lévi-Strauss).

CORPS, ESPACE ET GESTUELLE :

Comment le corps dans l’espace et le geste qui jaillit sont des outils au service du conteur pour affiner ce qu’il a à dire à ses auditeurs-spectateurs.

Il n’y a pas de parole qui ne soit tributaire d’un espace et d’un (ou des) corps qui portent la voix, le texte, l’intention et donc le sens partagé. Des exercices pour découvrir de quels langages les corps en mouvement sont porteurs.

PAROLES ET TECHNIQUES DU CLOWN :

Atelier d’exploration… De l’univers du clown à l’univers du conte. Est-ce qu’un conteur porte un clown en lui ? Qu’est-ce ce qui rapproche le clown du conteur ? Comment le clown interroge-t-il un conte ? Comment son regard décalé peut-il éclairer un conte et sa symbolique ? Un clown dans l’univers d’un petit chaperon rouge, qu’est-ce que cela donne ? Autant de questions, de pistes qu’Odile Burley vous propose d’explorer à travers la relation au public, l’exploration des symboles et des contes à la manière du clown.

L’atelier débutera par des petites explorations de son propre clown ensuite, à travers lui, les participants interrogeront un conte et ses symboles.

CONTES ET LECTURE SYMBOLIQUE :

Le conte ne nous « dit pas ce qu’il nous dit ». Ce que nous croyons comprendre n’est que le vernis dont l’histoire s’habille pour mieux taire ce qu’elle contient vraiment. L’approche symbolique de ce genre littéraire permet de raconter les contes pour ce qu’ils sont : la mémoire des rêves collectifs des hommes.

Il sera proposé aux participants un travail sur la compréhension, l’analyse et le décryptage des différents niveaux de perception et de compréhension d’un conte.

REPERTOIRES :

Jean Porcherot abordera avec les participants les contes dans leur diversité culturelle, thématique,… en parlant du problème « des variantes des contes les plus connus », afin de donner à chacun des pistes pour qu’il puisse se constituer son propre répertoire en relation avec sa personnalité, ses publics visés, ses projets.

ANIMER PAR LE CONTE :

Les objectifs de cet atelier sont de permettre aux participants de trouver les outils nécessaires et spécifiques à l’élaboration d’une animation par le conte. Ces ateliers sont animés par deux conteurs ayant l’expérience de l’animation à partir du travail sur et par le conte.

Ces ateliers se veulent à l’écoute des demandes des participants, de la mise en place de leurs projets spécifiques. Un laboratoire de recherche, pratique, concret et de mise en situation.

CONTE ET PETITE ENFANCE :

Si le conte s’adresse avant tout aux adultes, il se raconte aussi aux enfants. Et parfois, aux tout petits. Chaque public est différent et celui-là possède ses spécificités : sa capacité de concentration est limitée, ses réactions sont totalement spontanées, il est en pleine évolution, certains ne parlent pas encore, d’autres marchent à peine…

De nombreux facteurs interviennent dans la relation contée avec le tout petit : le choix de l’histoire, son sens, sa pertinence, le langage utilisé, le rythme de la parole, le support éventuel, le moment de la rencontre, le lieu,…

L’adulte conteur va à la rencontre d’un petit qui apprend à structurer son langage, à faire la distinction entre le réel et l’imaginaire, à construire sa relation au temps qui passe, son identité propre, son rapport aux images-mots et la symbolique.

Lors de ces deux journées, nous tenterons de mieux cerner ce public et de parcourir brièvement une partie du matériau à disposition dans la tradition orale. Les participant seront invités à choisir contes et comptines, berceuses et devinettes, jeux de doigts et enfantines et à s’essayer. Chaque journée sera ponctuée par d’exercices d’échauffement, de jeux et de mise en situation.

 

Me connecter

Pas encore membre ?
INSCRIVEZ-VOUS


Recherche rapide


Plus de critères »

A découvrir

SQL: SELECT * FROM t_banners WHERE circuit = 'home' AND emplacement = '1'ORDER BY position
SQL: SELECT * FROM t_banners WHERE circuit = 'home' AND emplacement = '2'ORDER BY position

Newsletter

Pour être tenu au courant de nos activités, laissez-nous votre email !